CRITIQUES


" Un beau cadeau d’automne (...) La voix satinée de la soprano Marie Magistry et Sylvain Bergeron à l’archiluth: deux musiciens lumineux "

Marie-Christine Trottier, Toute une musique, Radio-Canada, 2020

 

Un voyage dans le temps grâce à la voix magnifique de Marie Magistry "

Katherine Verbely, Samedi et rien d'autre, Radio-Canada, 2020

 

"Cet album est tout à fait charmant d'un bout à l'autre."

Sylvia L'Écuyer, Place à l'opéra, Radio-Canada, 2020

 

 "Sans oublier la soprano Marie Magistry avec une prestation marquante dans le Berezovski."

Pierre-Luc Sénécal, Voir, Russie Éternelle. 2017

 

"...Les grands moments (appariement vocal des deux sopranos dans Pulchra es0 ont cimenté une soirée inoubliable, un digne hommage, montrant au passage l’unicité et le caractère vital du SMAM dans notre paysage musical."

Christophe Huss, Le Devoir , Vêpres de Monteverdi, 2016

 

"...Sopranos Marie Magistry and Stephanie Manias blended lucidly in an operatic Pulchra es,"

Arthur KaptainisClassical voice North America, Vêpres de Monteverdi, 2016

 

"...Au troisième mouvement, la soprano Marie Magistry, en guise de premier solo de la soirée, a fait preuve d’une belle expressivité avec sa voix satinée dans les aigus et plus ronde dans les graves.",

Martin Roy, Acadie nouvelle, Festival de musique baroque de Lamèque, 2014

 

« ...Belle présence aussi chez la soprano Marie Magistry."

Claude Gingras, La Presse, 2013.

 

"... Magistry use d’une douceur angélique. C’est véritablement lorsqu’elles s’unissent que les deux voix prennent leur envol et leur pleine volupté. "

Michèle-Andrée Lanoue, Artichaut magazine , 2013

 

« ...Les solistes sont tous remarquables, en particulier les quatre sopranos qui rendent le motet Juravit dominum de Benevoli si saisissant. » Craig Zeichner,  Ariama, 2011.

 

“...Daniel Taylor kept a noble beat and made something close to a perfect fit with soprano Marie Magistry in the duet.”, 

Arthur Kaptainis, The Gazette, 2009.

 

« ...Clearly a specialist in baroque singing, Magistry's voice rang beautifully in the St. John's Church space; her polished ornamental style was quite impressive. »,

Dawn Stevenson, Guelph Mercury, 2007.